En quelle nuit, de ma lance d’ivoire

En quelle nuit, de ma lance d’ivoire,
Au mousse bout d’un corail rougissant,
Pourraije ouvrir ce boutin languissant,
En la saison de sa plus grande gloire ?

Quand verseraije, au bout de ma victoire,
Dedans sa fleur le cristal blanchissant,
Donnant couleur à son teint pâlissant,
Sous le plaisir d’une longue mémoire ?

Puisse elle tôt à bonne heure venir,
Pour m’engraver un joyeux souvenir,
Tardant si peu de son cours ordinaire

Qu’elle voudra l’ombre noir qui la suit,
Car de la nuit le clair Jour je puis faire,
Et du clair Jour l’ombreuse noire nuit.

La Priapée

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments