Dieu des amours

Élégie IV.

Dieu des amours, le plus puissant des dieux,
Le seul du moins qu’adora ma jeunesse ;
Il m’en souvient, dans ce moment heureux
Où je fléchis mon ingrate maîtresse,
Mon cœur crédule et trompé par vous deux
Mon faible cœur jura d’aimer sans cesse.
Mais je révoque un serment indiscret.
Assez longtemps tu tourmentas ma vie,
Amour, amour, séduisante folie !
Je t’abandonne, et même sans regret.
Loin de Paphos la raison me rappelle,
Je veux la suivre et ne veux suivre qu’elle.

Pour t’obéir je semblais être né :
Vers tes autels dès l’enfance entraîné,
Je me soumis sans peine à ta puissance.
Ton injustice a lassé ma constance :
Tu m’as puni de ma fidélité.
Ah ! j’aurais dû, moins tendre et plus volage,
User des droits accordés au jeune âge.
Oui, moins soumis, tu m’aurais mieux traité.
Bien insensé celui qui près des belles
Perd en soupirs de précieux instants !
Tous les chagrins sont pour les cœurs fidèles ;
Tous les plaisirs sont pour les inconstants.

Voter pour ce poème!

Avatar Apprenti Poète

Par Évariste de Parny

Évariste Désiré de Forges, chevalier puis vicomte de Parny, est un poète français né le 6 février 1753 à Saint-Paul de l'île Bourbon, et mort le 5 décembre 1814 à Paris.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Vos commentaires sont le carburant de notre inspiration. Alimentez notre feu poétique.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Beauté des femmes, leur faiblesse, et ces mains pâles

Baif, qui, comme moi, prouves l’adversité