Attends-moi,ti-gars

La voisine a ri de nous autres
Parce qu’on avait douze enfants,
Changé son fusil d’épaule
Depuis qu’elle en a autant…

Attends-moi, ti-gars,
Tu vas tomber si je suis pas là
Le plaisir de l’un
C’est de voir l’autre se casser le cou…

Quand le patron te raconte
Que t’es adroit et gentil
Sois sûr que t’es le nigaud
Qui fait marcher son bateau.

Attends-moi, ti-gars,
Tu vas tomber si je suis pas là
Le plaisir de l’un
C’est de voir l’autre se casser le cou…

Il est jeune, il est joli
Il est riche, il est poli
Mais une chose l’ennuie
C’est son valet qu’a le génie.

Attends-moi, ti-gars,
Tu vas tomber si je suis pas là
Le plaisir de l’un
C’est de voir l’autre se casser le cou…

L’argent est au bas de l’échelle
Et le talent par en haut
C’est pourquoi personne en haut
Pourtant la vue est plus belle.

Attends-moi, ti-gars,
Tu vas tomber si je suis pas là
Le plaisir de l’un
C’est de voir l’autre se casser le cou…

Parce que j’avais pas de manteau
J’ai pris la peau de mon chien
Tu vois, y’a pas plus salaud
Que moi qui chante ce refrain.

Attends-moi, ti-gars,
Tu vas tomber si je suis pas là
Le plaisir de l’un
C’est de voir l’autre se casser le cou…

Quand on me dit: va à drette
C’est à gauche que je m’attelle
Vous qu’aux enfers on rejette
On se reverra peut-être au ciel…

Attends-moi, ti-gars,
Tu vas tomber si je suis pas là
Le plaisir de l’un
C’est de voir l’autre se casser le cou…

COUPLET CENSURÉ:
La veille des élections
Il t’appelait son fiston
Le lendemain comme de raison
Y’avait oublié ton nom.

Attends-moi, ti-gars,
Tu vas tomber si je suis pas là
Le plaisir de l’un
C’est de voir l’autre se casser le cou…

Quand monsieur le curé raconte
Que la paroisse est pleine d’impies
C’est pas à cause des péchés
C’est que les dîmes sont pas payées…

Attends-moi, ti-gars,
Tu vas tomber si je suis pas là
Le plaisir de l’un
C’est de voir l’autre se casser le cou…

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Qu’elle est triste en Octobre avec sa voix pourprée

Souvent, le front posé sur tes genoux…