Le Québécois

C’était un Québécois
Narquois comme tout Québécois
Qu’on trouva pendu l’autre fois
Sous la gargouille d’un toit

Il était amoureux
Ça rend un homme bien malheureux
Écoutez son histoire un peu
Après vous rirez mieux

La fille lui avait dit puisque tu m’aimes
Fais-moi une chanson simple et jolie
Le gars à sa table toute la nuit
Trouva ce que je joue à l’instant même

C’était bien, mais il mit des prouchkinovs
Des icônes, d’la vodka, des troikas
Et hop et galope dans les neiges de Sibérie
Petersbourg et la Hongrie.
Y’avait là Nitratchka, Alex et Prokofief
Molotov et Natacha

La fille écouta ce méli-mélo
Et dit: C’est loin et c’est trop

Le pauvre Québécois
Pas même remis de son émoi
Se replongea dans les bémols
En arrachant son col

Il était amoureux
Çà rend un homme bien courageux
Il pensa trouver beaucoup mieux
Avec cet air en bleu

Blues, Tennessee
Brooklyn, California
Blues, apple pie
Alleluia, Coca-Cola

La belle bien-aimée
En entendant ces boos-là
Fut si grandement affolée
Qu’au couvent elle entra

Le pauvre Québécois
Découragé, saigné à froid
Gagna son toit par le châssis
Et s’y pendit

Par les matins d’été
Quand les oiseaux vont promener
Derrière la grille du couvent
Monte ce chant troublant

C’était un Québécois
Qui voulait me célébrer
Hélas! Il avait oublié
De me regarder
Un requiescat in pace

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Tempête

Ainsi qu’on voit plorer la chaste tourterelle