Le train du nord

Dans l’ train pour Sainte-Adèle
Y avait un homme qui voulait débarquer
Mais allez donc débarquer
Quand le train file cinquante milles à l’heure
Et qu’en plus vous êtes conducteur!

Oh! Dans l’train pour Sainte-Adèle
Y avait rien qu’un passager
C’était encore le conducteur
Imaginez pour voyager
Si c’est pas la vraie p’tite douleur!

Oh! Le train du nord
Tchou tchou tchou tchou tchou tchou…
Le train du nord au bord des lacs, des p’tites maisons,
Ça vire en rond
Le train du nord c’est comme la mort quand y a personne à bord

Oh! Le train pour Sainte-Adèle
En montant la côte infidèle
Le conducteur et puis l’ chauffeur
S’ sont décidés à débarquer
Et l’ train tout seul a continué

Oh! Le train pour Sainte-Adèle
Est rendu dans l’ bout d’ Mont-Laurier
Personne n’a pu l’arrêter
Paraîtrait qu’on l’a vu filer
Dans l’firmament la nuit passée

Oh! Le train du nord
Tchou tchou tchou tchou tchou tchou…
Le train du nord a perdu l’ nord rendu l’aut’ bord
Le train du nord a perdu l’ nord et c’est pas moi qui vas l’ blâmer
Non, non, non!

(sur l’album: Le p’tit bonheur)

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Bozo

La mer