Dernières histoires

  • Inaya

      Qui es-tu, Inaya ? Où vas-tu ?Il y a la vie dans tes yeux.Tu marches gaiement sur les trottoirs du mystèreSans passer inaperçue.Tu es charmante, tu séduis et tu aimes,Tu aimes en souriant aux rêves. Tu es la passion ardente, tu es la flamme du désirEt ton odeur répand mille […]

  • Il y a un petit cordonnier…

    À Stéphane Mallarmé Il y a un petit cordonnier naïf et bossu qui travaille devant de douces vitres vertes. Le dimanche il se lève et se lave et met sur lui du linge propre et laisse la fenêtre ouverte. Il est si peu instruit que, bien que marié, il ne parle […]

  • La gare

    Gare de la douleur j’ai fait toutes tes routes. Je ne peux plus aller, je ne peux plus partir. J’ai traîné sous tes ciels, j’ai crié sous tes voûtes. Je me tends vers le jour où j’en verrai sortir Le masque sans regard qui roule á ma rencontre Sur le crassier […]

  • Carmen

    Allons, allons ! vous voyez bien que je suis bohémienne; voulez-vous que je vous dise la bajia? Avez-vous entendu parler de la Carmencita ? C’est moi. J’étais alors un tel mécréant, il y a de cela quinze ans, que je ne reculai pas d’horreur en me voyant à côté d’une sorcière. […]

  • Carnaval

    L’autre nuit, dans la clarté blonde, Je vis au bal de l’Opéra Un jeune homme du meilleur monde. Son oeil terne m’exaspéra. Son habit, qu’en vain je m’excite A glorifier sans remords, Était noir comme le Cocyte Qui roule son flot chez les morts. Il obéissait à la règle Et son […]

  • Songe d’hiver

    A sad tale’s best for winter ; I have one of spirits and goblins. Shakspere, Winter’s tale. Act.II, scène I. I Dans nos longs soirs d’hiver, où, chez le bon Armand, Dans notre farniente adorable et charmant On oubliait le monde aride, Vous demandiez pourquoi sur mon front fatigué, Au milieu […]

  • Le Fard des Argonautes

    Les putains de Marseille ont des sœurs océanes Dont les baisers malsains moisiront votre chair. Dans leur taverne basse un orchestre tzigane Fait valser les péris au bruit lourd de la mer. Navigateurs chantant des refrains nostalgiques, Partis sur la galère ou sur le noir vapeur, Espérez-vous d’un sistre ou d’un […]

  • Nature impassible

    Lorsque l’homme pleura sa première chimère, Moins impassible qu’aujourd’hui, La nature sentit frémir ses flancs de mère Et voulut pleurer avec lui. Tout s’assombrit. Les cieux n’eurent plus une étoile, La terre n’eut plus une fleur. Le soleil se cloîtra, la lune prit le voile, Et la forêt tordit ses branches, […]

  • Battez, tambours de Santerre !

    Le 21 janvier s’achevait. Louis XVI gravissait les marches de l’échafaud. Au moment où Corsaire Sanglot débouchait sur la place par la rue Royale et qu’il remarquait, avec satisfaction, qu’on avait remplacé le magnifique obélisque par l’adorable guillotine, une compagnie de tambours avec leurs baudriers blancs en peau s’alignait contre le […]

  • Vérité

    Quoi! vous êtes la Vérité! Dis-je à la déesse pensive Qui, sans nulle sévérité, Riait, laissant voir sa gencive. Il se peut que ce soit un fait Et que votre grâce ingénue Porte ce nom, car, en effet, Je vous vois nue, ou presque nue. Comme au bout du compte, je […]

  • Un amour de jupe

    À la comtesse de P… Seulement !… Si mon cœur faisait ses mémoires Je crois que j’y mettrais ceci : « Elle avait des dentelles noires « Avec un jupon cramoisi. » C’était ravissant ! — Les donzelles De ce soir et de ce salon, Se pâmaient devant ces dentelles… Mais, […]