dans , , ,

Silence…

À Albert Samain.
Silence. Puis une hirondelle sur un contrevent

fait un bruit d’azur dans l’air frais et bleuissant,

toute seule. Puis deux sabots traînassent dans la rue.

La campagne est pâle, mais au ciel gris qui remue

on voit déjà le bleu qui chauffera le jour.

Je pense aux amours des vieux temps, aux amours

de ceux qui habitaient aux parcs des beaux pays

riches en vigne, en blé, en foin et en maïs.

Les paons bleus remuaient sur les pelouses vertes,

et les feuilles vertes se miraient aux vitres vertes

dans le réveillement du ciel devenu vert.

Les chaînes dans l’étable où l’ombre était ouverte

avaient un bruit tremblé de choquement de verres.

Je pense au vieux château de la propriété,

aux chasseurs s’en allant par les matins d’été,

aux aboiements longs des chiens flaireurs qui rampent…
Dans l’énorme escalier cirée était la rampe.

La porte était haute d’où les jeunes mariés,

en écoutant partir les grands-pères, riaient,

s’entrelaçaient et joignaient leurs jolies lèvres,

pendant que tremblaient, aux gîtes d’argent, les lièvres.
Que ces temps étaient beaux où les meubles-Empire

luisaient par le vernis et les poignées de cuivre…

Cela était charmant, très laid et régulier

comme le chapeau de Napoléon premier.
Je pense aussi aux soirées où les petites filles

jouaient aux volants près de la haute grille.

Elles avaient des pantalons qui dépassaient

leurs robes convenables et atteignaient leurs pieds :

Herminie, Coralie, Clémence, Célanire,

Aménaide, Athénaïs, Julie, Zulmire ;

leurs grands chapeaux de paille avaient de longs rubans.

Tout à coup un paon bleu se perchait sur un banc.

Une raquette lançait un dernier volant

qui mourait dans la nuit qui dormait aux feuillages,

pendant qu’on entendait un roulement d’orage.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments