Dans la rue, le soir…

Neuf heures. On entend la retraite aux tambours.
Les grisettes s’en vont du côté des faubourgs,
Après avoir fini la tâche journalière.
C’est comme un coup de pied dans une fourmilière.
En waterproof, avec le petit sac de cuir,
Rapides, on les voit de tous côtés s’enfuir
Vers la famille ou vers les amours clandestines
Blanchisseuses de fin, piqueuses de bottines,
Filles de Montparnasse et de Ménilmontant,
Heureux, si son cœur bat, celui qui vous attend !

Voter pour ce poème!

François Coppée Apprenti Poète

Par François Coppée

François Édouard Joachim Coppée, né le 26 janvier 1842 à Paris où il est mort le 23 mai 1908, est un poète, dramaturge et romancier français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Les poètes sculptent la réalité avec des mots. Devenez un sculpteur, tel un Rodin du commentaire.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Dans la rue

Désespérément