L’Italie

Un arc-en-ciel brille à votre horizon,
Italiens, vétérans dans la gloire ;
D’un autre empire et d’un autre renom
Vous pourrez donc illustrer votre histoire.
Sapez tout joug de vos robustes mains ;
Et vous surtout, triomphateurs Romains,
Ne prenant plus pour égide une étole,
Quittez le Vatican, montez au Capitole,
Montez au Capitole.

Le froid tudesque est lui-même aux abois ;
Mais sans laisser à son aigle en son aire
Le temps d’aller mendier près des rois,
Étouffez-le dans le quadrilatère.
De ton lion, saint Marc, romps les liens.
Volez, volez, héros Italiens ;
Sachez saisir les heures opportunes ;
Des rives de l’Arno, volez vers les lagunes,
Volez vers les lagunes.

Fougueux tribun, savant, mâle guerrier,
N’ayez qu’un but : une armée, une flotte.
Garibaldi, sois toujours le premier
Pour racheter tout peuple encore ilote ;
Et pour fonder votre empire latin
Faites serment, au pied de l’Apennin,
Comme les pairs de la chevalerie,
D’être tous les enfants de la même patrie,
De la même patrie.

Peuple vaillant, un illustre parrain,
Souffla son âme à ton âme héroïque,
Et proclama d’un geste souverain
Ta liberté jusqu’à l’Adriatique.
Il fut, hélas ! par l’intrigue des rois,
Trop tôt forcé d’arrêter ses exploits,
Mais il sait bien, si le clairon résonne,
Qu’il manque deux fleurons encore à ta couronne,
A mettre à ta couronne.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments