De ta lèvre mignarde un fin sucre courant

De ta lèvre mignarde un fin sucre courant,
De ta doucette voix la délicate joie,
Entre l’or et châtain ta tresse qui ondoie,
De ta tendrette main le chatouiller errant,

Du vent quand tu aspire un parfum odorant,
Autour de tes deux yeux Cupidon qui tournoie,
Et cet enfant divin que le ciel clair t’envoie
Pour être conducteur de tout le demeurant,

Cela rend ma raison à t’aimer affectée,
Et quelquefois mon âme en est plus affaitée
Pour t’agréer ainsi, comme je te complais.

Il fait bon quelquefois quereller demi heure,
Et par après jouir d’une grâce meilleure
Que l’on sent au plaisir d’une tranquille paix.

Les loyalles et pudiques amours

Avatar Apprenti Poète

Par François Scalion De Virbluneau

François Scalion de Virbluneau, sieur d'Ofayel, est un poète français de la seconde moitié du XVIᵉ siècle, auteur en 1599, de Loyalles et Pudiques Amours.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Les mots sont les pierres précieuses de la poésie. Partagez les vôtres ici.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Les instruments

La perfection