Oeil mon petit mignon, ma douce friandise

Oeil mon petit mignon, ma douce friandise,
Oeil bien caractéré des mignardes amours,
Oeil miroir de mon coeur, je verrai donc toujours
Quelque brave écumeur lequel me contredise.

Oeil, je jure par l’heur et par la foi requise
Au devoir d’amitié, que si tu n’as recours
Au mépris du parler du variable cours,
Tu verras tout soudain tous mes traits de sottise.

Ô de ma liberté la plus soigneuse garde,
Ô que dévotement de mon coeur je regarde,
Gardezmoi le doux fruit de ma sainte amitié,

Et croyez qu’avec moi (par vraie sympathie),
Vous retiendrez toujours votre heureuse partie,
Tout ainsi que j’aurai ma fidèle moitié.

Les loyalles et pudiques amours

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments