La Langue Verte

Verte la mer ! et la peau

Du monde, verte, o jouvence.
Quand la belle est nue et danse.

Verte laitue au chapeau.

Crache un peu tes escarbilles.

Mon enfant, mon p’tit

Jésus.

Pour du baiser qui pétille

De jus verts et de verjus.
Verdoyez, verdures drues.

A la dent, au cœur, à l’œil.

Et vertement, cours tes rues,

Pullule, vert écureuil.
Le profond vert séculaire

Est brouté de chevaux verts.

Le profond vert légendaire

Est gloussé de ramiers verts.
Verte la mer et l’envie
D’être groseille ou semence.
Vert, le verbe qui commence
Et verte, la langue en vie.

Norge

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments