La Porte

Non, n’ouvre pas cette porte.

Ca donne sur l’océan…

Ca donne sur des cloportes…

Pas compris ?

Sur le néant !
Après ça. c’est difficile

D’aller vivoter,

Cécile,

C’est difficile,

Zaza.

De vivoter après ça.
Disons qu’on a des raisons

De froid, de vent, de tonnerre.

N’ouvre pas. disons, disons

Que c’est pour les courants d’air.
Au bonheur des maisonnées,

Il faut des portes fermées, –

Tralalire et troundelaire -D’ailleurs l’usine a sifflé.

Il est grand temps d’y aller.

Prends bien la porte ordinaire !

Norge

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments