Le Vin de Cailloux

Noircirent le front

D’antique statue

Et bouche perdue

En terre de fond.
Mémoire latine

De ce qui régna

Et bonne racine

De ce qui sera.
Lavèrent leurs yeux

Dans l’eau de fontaine.

Lavèrent leurs dieux

Dans la vague saine.
Mordirent le fruit

Dont le jus fait rire.

Et viande qu’on cuit

Dont le jus fait rire.
De vents légendaires

Emplirent leurs mains

Et leurs corps foncèrent.

Ces vents pour tanins.
Excellente rage :

Cailloux au pressoir.

Changé le roc noir

En vineux breuvage.

Norge
Vin

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Avatar
S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments