Pelerins

Dil par mille voix

Que le mal édentc :

Faites que je voie.

Faites que j”entende.
Et de voix plus grandes.

O triste charroi :

Faites que je voie.

Faites que j’entende.
Ces voix se suspendent

Au dernier pourvoi :

Faites que je voie.

Faites que j’entende.
Quelles mains se tendent

Pour un

Dieu de bois.

Ces bouches gourmandes

Pour un

Dieu de bois.
Dit par mille voix

Pour un

Dieu de fer : (Par toi et par moi) «

Faites que j’espère. »

Norge

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments