Muses, souvenez-vous

Dixain.

Muses, souvenez-vous du guerrier, — de l’ancien
Qui ne fut général ni polytechnicien,
Mais qui charma dix ans les mânes du grand Hômme !
Cet invalide était la gaîté de son dôme.
Mon cœur est plein du bruit de sa jambe de bois.
Pauvre vieux ! j’ai rêvé de vous plus d’une fois,
La nuit, quand passe au ciel, avec ses gros yeux vides,
La lune au nez d’argent, astre des invalides,
Ou que le vent se meurt, comme un chant du départ…
Et j’ai fait encadrer le mot de faire-part.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments