Anthologie

Le terme est forgé à partir d’une racine grecque, ánthos, signifiant « fleur ». Il est synonyme de « florilège » (lat. flos, floris, m. « fleur ») et signifie « sélection de fleurs » ou « pot-pourri ». La fleur désigne ici les beautés du langage (« un discours fleuri »). Un équivalent moins usuel est chrestomathie.

Au Moyen Âge se multiplient les recueils d’auteurs classiques ; le plus célèbre est sans doute le Florilegium Gallicum, composé à Orléans au XIIe siècle. Les florilèges sont devenus populaires à partir du xiiie siècle comme aide aux prédicateurs.

À la Renaissance, un florilège extrêmement célèbre est la Polymathe dont l’initiale version est parue en 1503 et qui a été constamment revue et augmentée durant plus de 150 ans. Plus qu’une simple anthologie, c’est une « poli-anthologie », qui regroupe des extraits de divers genres sur des thèmes classés en ordre alphabétique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Poésie

Villanelle