Enjambement

En poésie, l’enjambement est un procédé métrique fondé sur l’inadéquation entre la syntaxe et le mètre d’un vers : un groupe syntaxique déborde d’une unité métrique sur l’autre.

il y a enjambement lorsqu’un vers de poésie ne contient en lui-même toute une idée exprimée et quand cette idée continue au vers suivant (cette partie-ci s’appelle le rejet).
Exemple (Victor Hugo, “Demain dès l’aube,…”) :

<<Demain dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends.>>

Dans ce cas, “Je partirai” = le rejet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Élégie

Envoi