Hyperbate

L’hyperbate (substantif féminin), du grec huper (« au-delà, au-dessus ») et bainein (« aller ») soit huperbatos (« inversion »), est une figure de style qui consiste à séparer deux mots normalement assemblés en intercalant un ou plusieurs autres mots ; c’est le fait de prolonger la phrase, par ajout d’un élément qui se trouve ainsi déplacé.

L’hyperbate est souvent une forme de mise en relief de mots, rejetés en fin de phrase, comme des adjectifs placés ainsi en dislocation.

Exemple : (Arthur Rimbaud, “Voyelles“) :

<<[…] I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles
Dans la colère ou les ivresses pénitentes; […}>>
Grammaticalement parlant, l’expression soulignée serait plus correcte ainsi : “rire de belles lèvres”

Définition linguistique

L’hyperbate consiste à ajouter un mot ou un syntagme ainsi mis en évidence à une phrase qui paraît finie (Dupriez, Gradus). Elle organise un brouillage syntaxique dans lequel des auteurs ont vu la preuve qu’il s’agit moins d’une figure de style que d’une possibilité du langage voire un défaut (voir chapitre historique de la notion).

La rhétorique latine la nommait disiunctio, « disjonction ». Parfois confondue avec l’inversion, elle est selon Roman Jakobson la séparation de deux mots unis par la syntaxe, quand par exemple la proposition relative est éloignée de la principale antécédente :

« Quelques braves gens mourraient, dont c’était le métier »

— Marguerite Yourcenar, L’œuvre au noir

C’est une figure rare au niveau littéraire en français, où l’ordre des mots est signifiant, plus fréquente dans les langues flexionnelles (langues slaves, latin, grec). Louis-Ferdinand Céline l’utilise très souvent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Huitain

Hyperbole