D’une faveur

Beauté premiere, admirable ornement,
Vie, clarté, nourriture du monde,
Pere Apollon, dont la sainte faconde
A enyvré mon jeune entendement,

Soit qu’esclairer tu voyses promtement
L’autre moytié de cette terre ronde :
Soit que laver veuilles ta teste blonde
Au grand poly du liquide element :

Tardes tes pas, et tes heures encore
(Vierges qui ont l’aile au vol tousjours preste)
Arreste au point de ma fortune heureuse :

Ce temps pendant que celle qui honore
La terre, autant que toy le ciel, me preste
La main privée, et l’oreille piteuse.

Amoureux Repos

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments