À Madame ***

(En lui renvoyant, au jour de l’an, un volume traduit par elle)
Un traducteur peut n’être
Qu’un traître,
Il peut être un flatteur
Menteur ;
Mais si fidèle, il reste
Modeste,
N’est-il pas un ami ?
— Oh oui !
L’auteur peut dire ainsi :
« Merci » —
Et le lecteur aussi.
Adieu donc…

Mais voici
Qu’ici
D’une nouvelle année
Qui rit,
La première journée
Fleurit ;
Veuillez donc, en hommage
Offerts,
Accepter, — c’est l’usage,
Ces vers ;
Avec eux, je présente
Mes vœux
Pour mil huit cent cinquante
Et deux.

Voter pour ce poème!

Henri-Frédéric Amiel Apprenti Poète

Par Henri-Frédéric Amiel

Henri-Frédéric Amiel est un écrivain et philosophe suisse, auteur d'un journal intime exceptionnel tant par son volume que par la valeur et l'universalité de son message.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie se renouvelle avec chaque commentaire. Soyez le souffle de la renaissance.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

A l’année qui vient

Bon voyage