Nuit du 24 juillet

Le monde renversé avait doublé l’exil

Le visage de la douleur avait les lèvres closes

Et moi j’étais venu homme de tant de jours

Hommes de tant d’années

Vous retrouver avec l’amère douleur de mes

Blasphèmes

Vous retrouver signant la nuit défaite

Signant la nuit de votre vie éteinte

Signant la nuit de votre gloire
Et moi j’étais venu homme de tant de jours

Hommes de tant d’années

Vous retrouver avec l’amère douleur de mes

Blasphèmes.
25 juillet 1945

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments