La nouvelle saison

Une terre fertile

Une lune bonne enfant

Une mer hospitalière

Un soleil souriant

Au fil de l’eau

Les filles de l’air du temps

Et tous les garçons de la terre

Nagent dans le plus profond ravissement

Jamais d’été jamais d’hiver

Jamais d’automne ni de printemps

Simplement le beau temps tout le temps

Et
Dieu chassé du paradis terrestre

Par ces adorables enfants

Qui ne le reconnaissent ni d’Eve ni d’Adam

Dieu s’en va chercher du travail en usine

Du travail pour lui et pour son serpent

Mais il n’y a plus d’usine

Il y a seulement

Une terre fertile

Une lune bonne enfant

Une mer hospitalière

Un soleil souriant

Et
Dieu avec son reptile

Reste là

Gros
Saint
Jean comme devant

Dépassé par les événements.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments