Les enfants de bohême

Un homme avait un chien

un chien qu’il appelait
Amour

l’homme lui donnait à manger

le chien le léchait

l’homme caressait le chien

et il le léchait aussi quand ils étaient seuls

et parfois même l’homme aboyait un peu

pour lui faire plaisir

au chien

c’est mon chien

c’est mon amour

disait l’homme

c’est mon homme aboyait l’Amour

mais un jour

triste triste triste jour

l’homme s’aperçut de certaines choses

oh… quand ce que je mange est meilleur

j’en donne moins à mon chien

oh… s’il s’en aperçoit

il se sauvera

et moi tout seul je resterai là

je n’aurai plus mon chien

mon amour

mon amour à moi

je vais le tuer

et puis je le mangerai

rien ne sera perdu

et il le tue

et il le mange

mais à la fin du repas

faisant le beau et sortant de dessous la table

apparaît le fantôme du chien

machinalement l’homme jette à l’ombre un os

un os

mais le fantôme du chien

dans son suaire se trouve très bien

et il n’a pas faim

pas faim d’os

il regarde l’homme avec un bon œil

saute dessus et le mange

puis il sort de la salle à manger

en se dandinant

Amour tout à fait vivant

il reprend ses couleurs et son comportement

puis il court

Amour

il court
Amour dans la ville

à la recherche d’un autre maître

amour pour faire le beau

amour pour se faire caresser

amour pour se faire battre

amour pour se faire tuer

amour pour dévorer

dévorer

dévorer.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Ô mon Dieu, vous m’avez blessé d’amour

L’enfer