Les Amours de Psyché – Éloge de l’Oranger

Sommesnous, ditil, en Provence ?
Quel amas d’arbres toujours verts
Triomphe ici de l’inclémence
Des aquilons et des hivers ?

Jasmins dont un air doux s’exhale,
Fleurs que les vents n’ont pu ternir,
Aminte en blancheur vous égale,
Et vous m’en faites souvenir.

Orangers, arbres que j’adore,
Que vos parfums me semblent doux !
Estil dans l’empire de Flore
Rien d’agréable comme vous ?

Vos fruits aux écorces solides
Sont un véritable trésor ;
Et le jardin des Hespérides
N’avait point d’autres pommes d’or.

Lorsque votre automne s’avance,
On voit encor votre printemps ;
L’espoir avec la jouissance
Logent chez vous en même temps.

Vos fleurs ont embaumé tout l’air que je respire :
Toujours un aimable zéphyre
Autour de vous se va jouant.
Vous êtes nains ; mais tel arbre géant,
Qui déclare au soleil la guerre,
Ne vous vaut pas,
Bien qu’il couvre un arpent de terre
Avec ses bras.

Les Amours de Psyché

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Carte de la Cour

Silence