Le ciel est bien cruel de faire les uns naître

Le ciel est bien cruel de faire les uns naître
Monarques souverains, princes et empereurs,
Les autres artisans, vignerons, laboureurs,
Et bergers qui aux champs mènent les brebis paître.

Car il advient souvent que celui qui est maître
Mériterait tenir le rang des serviteurs,
Dont quelquesuns qui vont se tuant de labeurs
Pour leur gentil esprit mériteraient mieux être.

Il est vrai qu’à la fin tout meurt également.
Le monde est un théâtre, où fortuitement
Chacun comme il lui vient joue son personnage.

Celuici fait le roi, celuilà fait le gueux ;
Mais moi, je fais toujours à mon dam et dommage
Le poète indigent et l’amant langoureux.

Voter pour ce poème!

Avatar Apprenti Poète

Par Jean Godard

Poemes Jean Godard - Découvrez les œuvres poétiques de Jean Godard

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Vos mots ont le pouvoir de réveiller l'esprit, tel un élixir de Voltaire. Osez commenter.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Tristesse d’été

Saison des semailles. Le soir