Je descends

Je descends vers la nuit L’escalier d’herbe et d’eau La grille du château Zèbre le soir sans bruit J’ai les feuilles sur moi D’un saule au fond de moi Sa fraîcheur comme au fond De la source du pré J’ai revu tous mes bons Amis dans le soir très Enfants très vieux profonds Avec des parasols Des barques et de frais Bouquets de tournesols Autour ici et là Au ciel de très grands mâts Blancs à drapeaux d’été Flottant sur la belle eau Ainsi était leur cœur Comme un pays fêté De rire un chaud matin Dans la vallée de juin Cette dame aux yeux morts Parlait seule à moi seul Parlait clair parlait d’or

L’autre attendait un peu Ensuite il chantait haut Et puis l’autre en écho D’autres d’autres aussi Nous demeuraient assis Au creux de ce gazon Qui pousse dans nos mains Tous je les aime bien J’ai chanté ma chanson Et puis je suis parti Loin des gens du château Je suis seul je souris Je marche au long des eaux Tout n’est peut-être pas Aussi triste qu’on dit Pourtant je ne sais pas Ce qui en moi frémit Et pleure tout petit Pauvre ancienne fourmi Je cherche le niveau De ma vie mon amour Et maintenant le jour Abandonne les hauts Et les bas de l’été Je suis et j’ai été Je serai peut-être oui Je serai ce cher mort Que j’ai vu qui poursuit Sous la terre l’amour De son jardin fleuri Mon village est ici A portée de mon cœur

Et là ce sont les bois Où tombe la fraîcheur Mais tout est si lointain Ce soir que ce chemin Ne porte plus sa croix La pluie ne passe plus De l’un à l’autre puits Et pour un arbre nu Aucun arbre ne veut Pour trancher son manteau Prendre au vent ses ciseaux Je cherche je ne suis Pas vraiment du pays Je pèse et je ne puis Sur la terre marcher Je ne sais pas pourquoi Mon cœur est empêché De trouver le sommeil Par ces gens sans aveu Qui crient de toutes voix Dans quelles profondeurs ?

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments