Complainte du Verbe Être

Je serai je ne serai plus je serai ce caillou toi tu seras moi je serai je ne serai plus quand tu ne seras plus tu seras ce caillou.
Quand tu seras ce caillou c’est déjà comme si tu étais n’étais plus, j’aurai perdu tu as perdu j’ai perdu d’avance.

Je suis déjà déjà cette pierre trouée qui n’entend pas qui ne voit pas ne bouge plus.
Bientôt hier demain tout de suite
déjà je suis j’étais je serai
cet objet trouvé inerte oublié
sous les décombres ou dans le feu ou l’herbe froide
ou dans la flaque d’eau, pierre poreuse
qui simule un murmure ou siffle et qui se tait.
Par l’eau par l’ombre et par le soleil submergé
objet sans yeux sans lèvres noir sur blanc
(l’œil mi-clos pour faire rire
ou une seule dent pour faire peur)
j’étais je serai je suis déjà
la pierre solitaire oubliée là
le mot le seul sans fin toujours le même ressassé.

Jean Tardieu

Voter pour ce poème!

Jean Tardieu Apprenti Poète

Par Jean Tardieu

Jean Tardieu, né le 1ᵉʳ novembre 1903 à Saint-Germain-de-Joux, dans l'Ain et mort le 27 janvier 1995 à Créteil, dans le Val-de-Marne, est un écrivain et poète français.

Entrez dans notre jardin de poésie, où vos mots peuvent rivaliser avec ceux de Victor Hugo lui-même.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ô l’ai je dict ? helas ! l’ai je songé ?

À la mi-carême