Mortel Battement

Ici commence et meurt
le peut-être encore
le très-peu le presque pas
Nulle image.

Rien à voir ni le clair ni l’obscur ni la couleur l’ombre un instant gardée d’un objet disparu
C’est que les signes tracés aussitôt le feu les flambe : il roule en deçà des sons un
grondement monotone
À travers l’énorme rien la menace du possible avec l’impossible se cache pour s’accoupler
Par un bruit de paroles je m’efforce d’imiter ce mortel battement qui couvre le silence.

Jean Tardieu
Mort

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments