Je vivais sans cœur

Je vivais sans cœur, tu vivais sans flamme,

Incomplets, mais faits pour un sort plus beau ;

Tu pris de mes sens, je pris de ton âme,

Et tous deux ainsi nous nous partageâme :

Mais c’est toi qui fis le meilleur cadeau !
Oui ! c’est toi, merci… C’est toi, sainte femme,

Qui m’as fait sentir le profond amour…

Je mis de ma nuit dans ta blancheur d’âme,

Mais toi, dans la mienne, as mis le grand jour !
Je tombais, tombais… Cet ange fidèle

Qui suit les cœurs purs ne me suivait pas…

Pour me soutenir me manquait son aile…

Mais Dieu m’entr’ouvrit ton cœur et tes bras !
Et j’aime tes bras… tes bras mieux qu’une aile ;

Car une aile, hélas ! sert à nous quitter :

L’ange ailé s’en va, lorsque Dieu l’appelle…

Tandis que des bras servent à rester !
Porte-Maillot, Jeudi Saint 1852.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Avatar
S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments