Pierrots, IV

Maquillés d’abandon, les manches
En saule, ils leur font des serments,
Pour être vrais trop véhéments !
Puis, tumultuent en gigues blanches,

Beuglant : Ange ! tu m’as compris,
À la vie, à la mort ! et songent :
Ah ! passer làdessus l’éponge !…
Et c’est pas chez eux partipris,

Hélas ! mais l’idée de la femme
Se prenant au sérieux encor
Dans ce siècle, voilà, les tord
D’un rire aux déchirantes gammes !

Ne leur jetez pas la pierre, ô
Vous qu’affecte une jarretière !
Allez, ne jetez pas la pierre
Aux blancs parias, aux purs pierrots !

L’Imitation de N.D la Lune

Voter pour ce poème!

Ne laissez pas notre poème seul dans le monde! Laissez votre marque en laissant un commentaire et en nous disant ce que vous en pensez!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments