Épigramme (II)

Si ce qui est enclos dedans mon coeur
Je pense au vrai par écrit vous dépeindre,
Je suis certain que votre grand rigueur
Serait semonce à lamenter et plaindre.
Car si pitié peut noblesse contraindre,
Et tout bon coeur voyant un grief martyre,
J’endure, las ! tant et tant que le dire
N’est rien au mal que j’ai sous joie feinte ;
Et si n’ai rien qui à confort m’attire,
Fors que ma foi qui d’espérance est ceinte.

Recueil :

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments