Adam

Et le mal nous a pris, séduisant, enjôleur,
Comme un filet de soie en ses brillantes mailles.
Eve a senti l’amour embraser ses entrailles ;
Elle a, bénissant Dieu, fait l’homme de douleur.

Dieu m’a dit, irrité : « Tu scelles ton malheur.
Il faut que chaque jour tu souffres et travailles.
Mon ciel vous est fermé comme par des murailles,
Jusqu’au jour où viendra le divin Rédempteur. »

J’ai répondu, courbé sous l’amère sentence
Nous avons fait le mal, nous ferons pénitence,
Mais laissez à nos fronts leur céleste fierté.

Puis j’ai dit, suppliant : Lève cet anathème,
Et vois ce que je fais de notre liberté…
Je pourrais te haïr, ô mon Maître ! et je t’aime.

Les goutelettes

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

… Venez, ma bien-aimée…

Chanson de Barberine