Le message

Le Prince a répondu. Voici l’empreinte exacte de son discours:

« Enfants à tête courte, que vous ont chanté les kôras?

Vous déclinez la rose, m’a-t-on dit, et vos Ancêtres les Gaulois.

Vous êtes docteurs en Sorbonne, bedonnants de diplômes.

Vous amassez des feuilles de papier – si seulement des louis d’or à compter sous la lampe, comme feu ton père aux doigts tenaces!

Vos filles, m’a-t-on dit, se peignent le visage comme des courtisanes

Elles se casquent pour l’union libre et éclaircir la race!

Êtes-vous plus heureux? Quelque trompette à wa-wa-wâ

Et vous pleurez aux soirs-là-bas de grands feux et de sang.

Faut-il vous dérouler l’ancien drame et l’épopée?

Allez à Mbissel à Fa’oy; récitez le chapelet de sanctuaires qui ont jalonné la Grande Voie

Refaites la Route Royale et méditez ce chemin de croix et de gloire.

Vos Grands Prêtres vous répondront : Voix du Sang!

Plus beaux que des rôniers sont les Morts d’Élissa; minces étaient les désirs de leur ventre.

Leur bouclier d’honneur ne les quittait jamais ni leur lance loyale.

Ils n’amassaient pas de chiffons, pas même de guinées à parer leurs poupées.
Leurs troupeaux recouvraient leurs terres, telles leurs demeures à l’ombre divine des ficus

Et craquaient leurs greniers de grains serrés d’enfants.

Voix du Sang! Pensées à remâcher!

Les Conquérants salueront votre démarche, vos enfants seront la couronne blanche de votre tête. »
J’ai entendu la Parole du Prince.

Héraut de la Bonne Nouvelle, voici sa récade d’ivoire.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments