Le délire du fantassin

L’enfant fantôme fend de l’homme
entre les piliers de pierre :
2 π R, son tour de tête.
( La tour monte, attention au ciel )
Comme il mue, avec sa voix de rogomme
il effraye à tort ou à raison l’orfraie empaillée
Qu’on ne voit pas à cause de la chaleur
à cause de la couleur
à cause de la douleur

Jamais la boule en buis ne pourra retomber
Sur le bout de bois blanc du bilboquet

Voter pour ce poème!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La Rose et le Réséda

Le poète sérieux