Le délire du fantassin

L’enfant fantôme fend de l’homme
entre les piliers de pierre :
2 π R, son tour de tête.
( La tour monte, attention au ciel )
Comme il mue, avec sa voix de rogomme
il effraye à tort ou à raison l’orfraie empaillée
Qu’on ne voit pas à cause de la chaleur
à cause de la couleur
à cause de la douleur

Jamais la boule en buis ne pourra retomber
Sur le bout de bois blanc du bilboquet

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre histoire, avis ou analyse!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

La Rose et le Réséda

Le poète sérieux