Le cheval

J’aime porter de longs cheveux

Comme une femme,

J’aime porter un amoureux

Près de sa dame,

J’aime porter le poids fatal

Des inconnus,

J’aime porter le long du val

Les bienvenues.

J’aime la poudre du chemin

Sur mon visage,

J’aime le conseil de la main

Qui m’encourage.

Je fuis mon ombre de cheval

Courant la plaine,

Je crains mon reflet animal

Dans la fontaine.
1954

Voter pour ce poème!

Laisser un avis, une critique ou analyse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La porte bat

Mon Dieu m’a dit : Mon fils, il faut m’aimer