Portrait

Ta chair d’âme mêlée

Chevelure emmêlée,

Ton pied courant le temps,

Ton ombre qui s’étend

Et murmure à ma tempe

Ton vert regard où trempe

La triste joie de l’univers.
Voilà, c’est ton portrait,

C’est ainsi que tu es

Et je veux te l’écrire

Pour que la nuit venue

Tu puisses croire et dire

Que je t’ai bien connue.
1945

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

La grasse matinée

Le Babylonien ses hauts murs vantera