Arbre de nuit

Sous la lune absente

Je converse avec les géants de la nuit,

Ces arbres qui remuent le noir de leur langage mystérieux

Ou bien

Habitent le silence nocturne.
Je devine au loin

Mon capitaine

Habité par le vent

A la proue de son navire couleur de crème

Blanc

Cassé

Fendu par l’écume du trait du jour naissant.
Maëlle Ranoux

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Sur sa fièvre

Le Nazaréen