Le bal

L’heure du bal, enfin, se fait entendre,
Le plaisir sonne, et tu le fais attendre !
Depuis huit jours, il a pris pour signal
L’heure du bal.

Où sont les fleurs dont l’éclat étincelle ?
Elles mourront en te voyant si belle.
Mais, sous ta main, je vois rouler des pleurs…
Où sont les fleurs ?

Il est absent ! l’espérance est voilée,
Ou, pour le suivre, elle s’est envolée.
Je le devine à ton plaintif accent :
Il est absent !

Je n’irai pas ! la danse, mon amie,
Est, sans l’Amour, une Grâce endormie.
Loin de la fête il enchaîne tes pas :
Je n’irai pas !

Voter pour ce poème!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’aveu permis

Le berceau d’Hélène