C'était OKC'était OK BofBof

Les séparés (N’écris pas…)

N’écris pas. Je suis triste, et je voudrais m’éteindre.
Les beaux étés sans toi, c’est la nuit sans flambeau.
J’ai refermé mes bras qui ne peuvent t’atteindre,
Et frapper à mon coeur, c’est frapper au tombeau.
N’écris pas !

N’écris pas. N’apprenons qu’à mourir à nous-mêmes.
Ne demande qu’à Dieu… qu’à toi, si je t’aimais !
Au fond de ton absence écouter que tu m’aimes,
C’est entendre le ciel sans y monter jamais.
N’écris pas !

N’écris pas. Je te crains ; j’ai peur de ma mémoire ;
Elle a gardé ta voix qui m’appelle souvent.
Ne montre pas l’eau vive à qui ne peut la boire.
Une chère écriture est un portrait vivant.
N’écris pas !

N’écris pas ces doux mots que je n’ose plus lire :
Il semble que ta voix les répand sur mon coeur ;
Que je les vois brûler à travers ton sourire ;
Il semble qu’un baiser les empreint sur mon coeur.
N’écris pas !

Poésies inédites

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
4 Avis
Inline Feedbacks
View all comments
jean
jean
Invité

je pense que vous devriez corriger les fautes

LaPoésie.org
Administrateur
Reply to  jean

Les fautes ont été corrigées. Merci pour votre commentaire.

luludu68
luludu68
Invité

hello tout le monde !! Ce poème est super ! Je vous conseille encore plus la chanson de Julien Clerc !! Bisous

Gau
Gau
Invité

Bien sûr que ce poème m’a touchée. La séparation, l’absence, la souffrance à son paroxysme. Combien tout cela sonne juste, et évoque des périodes de ma vie. La poétesse savait de quoi elle parlait. Cette douleur est très bien rendue par Julien Clerc. Je voudrais que le jour arrive où je cesserai de pleurer en l’écoutant.