La morte et ses mains tristes…

La Morte et ses mains tristes…

Arrive au Paradis.
« D’où reviens-tu, ma fille,

Si pâle en plein midi ?
– Je reviens de la terre

Où j’avais un pays,
De la saison nouvelle

Où j’avais un ami.
Il m’a donné trois roses

Mais jamais un épi.
Avant la fleur déclose,

Avant le blé mûri,
Hier il m’a trahie.

J’en suis morte aujourd’hui.
– Ne pleure plus, ma fille

Le temps en est fini.
Nous enverrons sur terre

Un ange en ton pays,
Quérir ton ami traître,

Le ramener ici.
– N’en faites rien, mon Père

La terre laissez-lui.
Sa belle y est plus belle

Que belle je ne suis,
Las ! et faudra, s’il pleure

Sans elle jour et nuit
Que de nouveau je meure

D’en avoir trop souci. »

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments