Le Roy

Le plus aymable Roy de tous les Roys du monde,
Si charmant et si beau qu’entre tous ses sujets
S’il s’en peut rencontrer qui soient assez bien faits
Pour avoir de son air, je veux que l’on me tonde,

Ce Roy donc que je dis, en qui seul tout abonde,
Dont l’Esprit chaque jour fait acquests et conquests,
Dont le Coeur est si grand, enfin dont les hauts faits
Feront un grand fracas sur la terre et sur l’onde,

Peuples ! c’est vostre Roy ; c’est un franc demyDieu ;
C’est luy qui donnera la paix en temps et lieu.
Ne nous venez donc plus prôner vostre misere ;

Celebrez le feu Roy qui l’a sceu faire tel,
Et baisezen les mains à Madame sa Mere
Qui, par ce beau chefd’oeuvre, est digne d’un Autel.

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

Tu rirais…

À M. V. H