Un seul je hais, qui deux me fait aimer

Un seul je hais, qui deux me fait aimer
Plus par pitié d’aveuglée jeunesse,
Qui trouve doux ce que je trouve amer,
Que par instinct d’amoureuse détresse,
Laquelle toute au quatrième m’adresse,
Le voyant tout en moi s’iniquiter.

Par quoi, voulant envers tous m’acquitter,
Contrainte suis afin que ne m’écarte
Fuyant les trois, le quatrième quitter,
Pour non trembler si grosse fièvre quarte.

(Rymes XLV)

Rymes

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

J’ai connu giacometti…

Le petit pré