Hélas ! si tu prens garde aux erreurs que j’ay faites

Hélas ! si tu prens garde aux erreurs que j’ay faites,
Je l’advouë, ô Seigneur ! mon martyre est bien doux :
Mais, si le sang de Christ a satisfait pour nous,
Tu decoches sur moi trop d’ardentes sagettes.

Que me demandestu ? mes oeuvres imparfaites,
Au lieu de t’adoucir, aigriront ton courroux ;
Soymoy donc pitoyable, ô Dieu ! père de tous,
Car où pourrayje aller si plus tu me rejettes ?

D’esprit triste et confus, de misere accablé,
En horreur à moymesme, angoisses et troublé,
Je me jette à tes piés ; soymoy doux et propice !

Ne tourne point les yeux sur mes actes pervers,
Ou, si tu les veux voir, voyles teins et couvers
Du beau sang de ton fils, ma grace et ma justice.

Recueil :

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

Quand il lui plaît, Fortune fait avoir

Je l’ai cueilli ! je l’ai goûté