Le tens leger s’enfuit sans m’en apercevoir

Le tens leger s’enfuit sans m’en apercevoir,
Quand celle à qui je suis mes angoisses console :
Il n’est vieil, n’y boiteux, c’est un enfant qui vole,
Au moins quand quelque bien vient mon mal deçevoir.

À peine aije loisir seulement de la voir
Et de ravir mon ame en sa douce parole,
Que la nuict à grands pas se haste et me la volle,
M’ostant toute clarte, toute ame et tout pouvoir.

Bienheureux quatre jours, mais quatre heures soudaines ?
Que n’avezvous duré pour le bien de mes paines ?
Et pourquoy vostre cours s’estil tant avancé ?

Plus la joie est extrême et plus elle est fuitive ;
Mais j’en garde pourtant la memoire si vive,
Que mon plaisir perdu n’est pas du tout passé.

Cléonice

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

GIPHY App Key not set. Please check settings

Art poétique

Le Rouge-Gorge