dans , , , ,

Sur une absence

Stance.

Depuis qu’un malheureux adieu
Rendit vers vous ma flamme criminelle,
Tout l’univers, prenant votre querelle,
Contre moi conspire en ce lieu.

Ayant osé me séparer
Du beau soleil qui luit seul à mon âme,
Pour le venger, l’autre cachant sa flamme,
Refuse de plus m’éclairer.

L’air, qui ne voit plus ce flambeau,
En témoignant ses regrets par ses larmes,
M’apprend assez qu’éloigné de vos charmes
Mes yeux se doivent fondre en eau.

Je vous jure, mon cher souci,
Qu’étant réduit à voir l’air qui distille,
Si j’ai le cœur prisonnier à la ville,
Mon corps ne l’est pas moins ici.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments