Des astres tournoyans la danse coustumiere

Des astres tournoyans la danse coustumiere
Cessera d’embrasser du monde la rondeur,
Phebus ira la nuict, et sa nuitale Soeur
De son char brillonnant guidera la carriere.

La flame sans chaleur, l’air privé de lumiere,
Sans fermeté la terre, et l’onde sans froideur,
De leur estre perdront l’efficace vigueur,
Et tout ira confus en la masse premiere.

Plustost qu’un seul moment s’esloigne de mon coeur
Ceste Beauté sans pair, qui me tient en langueur,
Anhelant doucement à son bien que j’adore :

Je veux pour tout object l’avoir pour mon penser ;
Contempler ses beautez, les penser, repenser,
Les penser, repenser, et contempler encore.

Recueil : Le Miroir de l’Amour divin

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments