À mon retour

À mon retour (eh ! je m’en désespère),
Tu m’as reçu d’un baiser tout glacé,
Froid, sans saveur, baiser d’un trépassé,
Tel que Diane en donnait à son frère,

Tel qu’un fille en donne à sa grand-mère,
La fiancée en donne au fiancé,
Ni savoureux, ni moiteux (1), ni pressé :
Eh quoi, ma lèvre est-elle si amère ?

Ah ! tu devrais imiter les pigeons,
Qui bec en bec de baisers doux et longs
Se font l’amour sur le haut d’une souche

Je te supplie, maîtresse, désormais
Ou baise-moi la saveur en la bouche,
Ou bien du tout ne me baise jamais.

1. Moiteux : Humide.
2. Souche : Branche.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments