Gardiens

Au coin de la rue sous le seul bec de gaz, trois ombres attendent. Je passe, et déguisant ma crainte comme ils affichent leur force, j’ai l’air de me rassurer en regardant leurs

uniformes.
Il fait sombre, plus loin, et la nuit est pleine de dangers.

Pierre Reverdy

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments