Le Nouveau Venu des Visages

Contre la glace éteinte les têtes se retournent
La carte de visite pivote au bout des doigts

C’est la girouette qui grince pour indiquer la route au
vent des ailes

Mais le nom de l’enseigne qui y est écrit on ne le voit
pas

Celui qui entre revient avec la marée montante des
faubourgs

Dans la dernière maison après les terrains vagues et
avant la campagne saine et propre sans détours

Le café c’est un nuage à l’ombre plein de voix

Où le passant se glisse entre l’odeur et le froid

Contre la glace éteinte les têtes se retournent

La nuit suit son chemin
Mais quelqu’un s’en détache et entre

Toutes les têtes se retournent pour deviner le nom
approximatif de ce nouveau visage

Pierre Reverdy

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments